Le Chant Funèbre des Loups de Mibu

1865, Ere Edo, Japon Féodal.Il éxiste deux grands clans qui s'opposent : le ShinsenGumi, un groupe armé au service du Shogun et le Chôshû, un mouvement impérialiste dont le but est de renverser le Shogun.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La chambre de Kareki

Aller en bas 
AuteurMessage
Kareki

avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31
Date d'inscription : 02/09/2007

Caractériques RPG
Clan: Chôshû
Grade: Soldat
Gains: 5 ryos

MessageSujet: La chambre de Kareki   Lun 17 Nov - 1:48

La chambre de Kareki était très petite. elle ressemblait plus à une cellule quà une chambre. Une chambre sans fenêtre, kareki étant le derniers arrivé il avait pris la chambre qui restait.
Les murs étaient nus, il n'y avait pour décoration qu'un sabre d'entrainement en bois posé sur un support en tête de lit. Sur celui-ci était dessiné un éclair. Le bois de l'arme était noir comme l'ébène, son maitre avait demandé cela spécialement pour Kareki. Il disait que Kareki avait une obscurité dans son coeur et que le jour où il la vaincrait il devait revenir et il aurait droit à un ken blanc. Il ne lui avait pas dis comment vaincre cette obscuritée mais cela était surement le derniers exercice que Kareki devait accomplir. Il était le signe que Kareki avait fini son entrainement et que son maitre ne pouvait plus lui apprendre.
Rien ne trainait sur le sol. En voyant cette chambre on pouvait voir tout ce que Kareki possédait, et encore les murs ne lui appartenaient pas.
Il posa son ancien sabre prêt de son sabre d'entrainement. Celui-ci l'avait défendu pendant longtemps, sur la lame était gravé son nom et il ne voulait pas s'en séparer. C'était un sabre modeste mais d'une grande robustesse, un sabre parfait pour commencer.
Il ouvrit l'armoire pour prendre un autre Kimono, le siens était devenu inutilisable. Tout ses kimonos étaient les mêmes, ainsi il ne perdait pas de temps le matin à choisir ses vêtements.
Une fois changé il alluma sa pipe et il s'assis sur le sol, il se trouna vers Aoshi et il dit :

"Fais comme chez toi, je sais que c'est rustique mais tu vois ici tout ce que j'ai. Installes toi comme tu le peux, je n'ai hélas rien de mieux à t'offir. Si tu as faim je peux aller chercher de la nourriture à la cuisine"

Kareki n'avait pas l'habitude de montrer sa chambre, il trouvait lui même ça triste, il n'avait rien pour rappeler son passé comme les gens qu'il connaissait. Pas de cadeaux venant de la famille ou des souvenirs des temps anciens. Tout ce qu'il avait été jusqu'ici était symbolisé par ce sabre d'entrainement. Il se demandait pafois si ce n'était pas ça l'obscurité dont parlait son maitre, ce manque d'attachement, cette façon froide d'aborder les gens. Mais aujourd'hui c'était fini, il avait une amie avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aoshi

avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 13/11/2008

Caractériques RPG
Clan: Neutre
Grade: Assassin
Gains: 3 ryos

MessageSujet: Re: La chambre de Kareki   Lun 17 Nov - 1:58

Elle détailla de son regard d'emeraude les murs de la chambre.
C'était sobre, impersonnel. Seuls restaient çà et là quelques objets appartenant à Kareki.
Lorsqu'il prit la parole, ce fut pour s'excuser du modeste lieu qu'il avait à lui offrir pour logis. Elle ne lui en tient pas rigueur.

"Toi au moins, tu sais où tu dois dormir chaque soir."

Elle regrettait son manque de point fixe, de point d'ancrage, d'attaches. Elle n'avait rien de plus que ses armes et sa pipe pour compagnons.C'était rudiementaire. Bien sur, elle avait eu des compagnons d'armes, mais ils furent ephémères. Des amants ? Même pas la peine d'y songer à la vue de son statut et de sa reputation, elle ne pouvait pas se le permettre. Et à quoi bon en avoir un si c'etait pour le tuer après l'acte...Des amis ? Non...Pas jusqu'à présent. Mais maintenant il y avait Kareki, et bizarrement, ca lui donnait du baume au coeur, un peu de chaleur en elle, dans son coeur froid et dur comme la pierre.

Elle s'assit face à Kareki, prit sa pipe et fuma avec lui, à la lueur d'une petite lanterne.
Pour la première fois, elle entreprit d'entamer une conversation. Après tout, dorénavant, rien ne pourrait être pire que le secret qu'il avait d'ores et déjà découvert.

"Alors, qui es-tu ? Parle moi de toi, de ton passé, de ta vie..."

Bizarrement elle ne put retenir les mots qui suivirent.

"J'ai envie...d'en savoir plus sur toi..."

Normalement, elle se contentait de savoir le nom de la personne qu'elle devait tuer, et ca s'arretait là. Mais elle voulait en savoir davantage sur lui, savoir qui se cachait sous ce masque aussi dur et impassible que le sien. Elle voyait en lui, une forme de miroir. Elle savait que la solitude le brisait, comme elle et elle était aussi consciente qu'il ne devait se confier que rarement et que ca devait etre une bonne occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kareki

avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31
Date d'inscription : 02/09/2007

Caractériques RPG
Clan: Chôshû
Grade: Soldat
Gains: 5 ryos

MessageSujet: Re: La chambre de Kareki   Lun 17 Nov - 2:37

Kareki ne savait pas quoi répondre, qui il était et d'où il venait était un mystère. Il aurait pu être un prince ou un bandit il n'en savait rien. Tout ce qu'il savait c'ést qu'on l'avait laissé pour mort et que même la mer n'avait pas voulu de lui. Alors il entreprit de répondre :

"Hélas je n'ai pas grand choses à t'apprendre. Je vais pourtant commencer depuis le début, du moins le début de ce que je sais.
Il y a dix ans des membres du Chôshu m'ont ramassé sur une plage, je ne connaissais pas mon nom, pas qui j'étais ni comment j'étais arrivé là. Alors on me conduisit au maitre d'arme, celui-ci me baptisa Kareki, comme le bois mort que l'on trouve au bord de l'eau. Il décida de m'apprendre le maniement du sabre en voyant mes capacités lors d'un combat d'essai.
À dix neuf ans j'avais tout appris et je me suis engagé en tant que soldat du Chôshû, mes officiers ont décidé de m'envoyer à Tokyo car on avait plus besoin de moi ici.
Il y a trois jours que je suis ici et voilà tout.
Tout ce que je me souviens d'avant mon arrivé sur la plage est la colère d'un homme, j'ai appris plus tard que c'était le shogun, c'est pour cela que je veux apprendre à me battre, pour pouvoir l'atteindre et lui demander pourquoi un enfant devait méritait la mort. Savoir qui était mes parents, savoir ce qu'iils sont devenus. C'est aujourd'hui ma raison de vivre et de combattre.
Je suis désolé de ne pouvoir t'en dire plus, mais j'espère que tu seras la quand pour en apprendre plus sur moi.
"

Kareki venait de résumer sa vie en quelques mots. Il ne pouvait faire plus long, il n'y avait rien à dire de plus. C'est ça qui le gênait le plus, n'être rien d'autres qu'un guerrier, que se passerait il si quelqu'un tuait le shogun avant qu'il ait ses réponses ? Etait-ce tout ce qu'il pouvait être, un guerrier ? Il avait besoin d'être plus, il pouvait arréter de se battre si il avait ses réponses mais pas avant cela.

Mais Kareki voulait aussi en apprendre plus sur Aoshi, il voulait savoir pourquoielle avait décidé de devenir assassin, pourquoi elle avait décidé de masquer ce qu'elle était pour pouvoir executer son art. alors il posa la même question :

"Et toi, quelles ont été tes pas pour venir jusqu'ici ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aoshi

avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 13/11/2008

Caractériques RPG
Clan: Neutre
Grade: Assassin
Gains: 3 ryos

MessageSujet: Re: La chambre de Kareki   Lun 17 Nov - 3:00

Aoshi ecouta attentivement Kareki. Elle l'émue plutôt, car il avait de réélles raisons de se battre. Cependant, il soulevait une question importante et elle n'hésita pas à lui en parler, bien qu'elle savait que cela risquait de le blesser.

"As-tu déjà songé à l'eventualité que le shogunat n'ai pas la réponse à tes questions ? Tu sais, je pense que tu n'es pas le seul à avoir subi ce genre d'infamies et il est probable qu'il ne se souvienne pas de l'une de ses victimes parmis toutes celles qu'il a brisé...Mais...je comprends que tu gardes en toi l'espoir de cette rencontre et loin de moi l'idée de briser tes rêves. Je veux simplement te protéger de la blessure encore plus profonde que te causerait un silence ou un manque d'égard face à ta situation qui a dû être invivable jusque là..."

Elle s'approcha alors de lui et posa sa main sur sa joue, comme pour le rassurer. Une forme de caresse à la fois maternelle, amicale et sensuelle.

"Et sache que malgrè les motivations que tu viens de m'expliquer, dorénavant, tu te bats pour le Choshu, pour renverser ce même Shogun qui a brisé ta vie d'antan et t'a fait perdre la memoire. La vengeance n'est pas la meilleure motivation, mais au moins c'en est une. Moi je n'ai aucune raison de me battre. Je suis devenu Assassin par nécéssité et à cause de mon talent. Je suis né dans une famille bourgeoise à Hokkaido, mon père m'obligea à me traversir car les femmes n'ont pas de rééls droits et sont traitées comme des chiens dans ce milieu. J'ai fini par devenir un homme, si on veut. Mes parents étaient de valeureux guerriers. Ils ont servi la cause des échanges et de l'ouverture au monde, ce qui m'a poussé à vouloir voyager et acquérrir de nouvelles connaissances. J'étais le meilleur élève de mon dojo, tout allait pour le mieux, jusqu'à ce que la tuberculose décime mon village et quasiement toute l'ile d'Hokkaido. Alors je suis parti, j'ai visité le Japon, servit aux côtés d'autres combattants en tant qu'Assassin et j'ai proposé mes services dans de nombreux pays, dont l'Angleterre, les Etats-Unis, la France...Et puis j'ai eu le mal du pays, je suis revenu et j'ai appris pour la guerre entre le Choshu et le Shinsengumi. Alors j'essaye d'en savoir plus et de participer aux combats...Parce que, ma seule raison de vivre, c'est tuer."

Elle baissa alors la tête, envahie par une sorte de honte inextinguible. Elle était face à son passé qui la hantait et qui finalement n'avait aucune réélle signification. Tout ce qu'elle gardait comme souvenirs, c'était les meurtres qu'elle avait perpétrés et certains bons moments qu'elle avait pu passer avec ses compagnons d'armes, ca se résumait à cela, les instants glorieux de sa vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kareki

avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31
Date d'inscription : 02/09/2007

Caractériques RPG
Clan: Chôshû
Grade: Soldat
Gains: 5 ryos

MessageSujet: Re: La chambre de Kareki   Lun 17 Nov - 3:34

Kareki avait en effet songé à tout cela mais il s'était dit que si le shogun n'avait pas les réponses alors il devrait le tuer, ça deviendrait une simple vengeance car si les raisons pour lesquelles il avait fait ça était assez futile pour être oublié, il ne méritait pas de vivre.
De toute façon il n'avait pas d'autres choix, c'est tout ce qu'il pouvait faire pour retrouver son passé pour pouvoir aller de l'avant.

Puis il écouta l'histoire de Aoshi, il la trouva encore pls triste que la sienne. Son peuple décimmé par un guerrier que l'on ne pouvait vaincre. Une guerre sans bataille. elle était comme ces vieux soldats qu'on trouvait beaucoup dans le Chôshû qui était là car il ne savait rien faire d'autre et qui n'avait nul cause à défendre. alors il prit la parole d'un ton très calme :

"Nous sommes à la foi similaire et différent, nous avons tout les deux tout perdu. Mais je vois aujourd'hui que moi il me reste l'espoir. Merci de m'avoir ouvert les yeux.

Moi je n'ai pas choisit mon camp, il a été choisit pour moi il y a bien longtemps. J'espère que tu pourras trouver où est ta place car toute ces morts semblent peser sur toi comme le ciel sur la montagne. Quand tu auras trouvé une raison de te battre tu seras libre. Je n'aime pas donner la mort mais je sais que toute ces morts étaient innévitables.

Je ne choisis pas de tuer mais si l'autre choisit de combattre alors il a choisit d'admettre que sa mort etait une éventualité. Moi même je sais que mon but peut me mener à la mort. Mais je me bat pour retrouver mon pasé et pour remercier les hommes qui m'ont tout appris.

Quand tout cela sera fini, je poserai mon sabre, car soit j'aurais ma réponse, soit ma dette sera payé et mes réponses seront partis. Hélas pour toi c'est différent, tu ne peux arréter ce que tu as commencé, tu es aujourd'hui allé beaucoup trop loins. Le mieux que tu ais à faire est de rejoindre l'un des deux camps et quand toute cette guerre sera fini, tu pourras alors dire que ta dette est payé et poser ton sabre en même temps que moi.

Pour l'instant tu ne sais pas pourquoi tu as tué. si tu rejoins un des clans, chaque mort que tu feras sera pour se rapprocher de la victoire du camp que tu auras choisis et ainsi sauver la vie de centaines de personnes.
"

Kareki savait sa réponse pouvait sembler curieuse mais c'était pourtant vrai. La guerre n'allait pas s'arréter dans un accord de paix. Les deux parties étaient trop fachés pour cela. Il devait donc il y avoir un vainqueur et un vaincu. Kareki se battait pour cela, pour que le Choshu soit le vainqueur et qu'il arrète cette guerre qu faisait tant de mal. Il y aurait bien sur d'autres guerres après celle là mais ce ne serait pas les siennes, il aurait payé sa part à la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aoshi

avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 13/11/2008

Caractériques RPG
Clan: Neutre
Grade: Assassin
Gains: 3 ryos

MessageSujet: Re: La chambre de Kareki   Lun 17 Nov - 19:28

La réponse de Kareki la fit sourire. Il etait bien naif de croire qu'un Assassin comme elle poserait les armes un jour, elle était destinée à mourir au combat comme tous les autres. Elle ne savait pas quand ce jour arriverait, si un jour elle trouverait un samourai capable de la vaincre et d'attenter à sa vie. Ou peut-être déciderait-elle seule de se laisser tuer par un ennemi qu'elle trouvera assez honorable pour pouvoir mettre fin à ses jours.

"Ne crois pas qu'un jour je poserai les armes. C'est mon destin, mourir sabre en main. Voila à quoi se resume la vie d'un Assassin : Apprendre, Se Battre, Tuer encore et encore, puis Mourir. Jamais les êtres comme moi ne lache leur sabre, jamais."

Elle se leva, marcha vers la porte coulissante et l'entrouvrit pour pouvoir voir la lune. La nuit était magnifique, silencieuse. Dans son écrin de ténèbres, l'astre nocturne semblait chanter au loin un hymne à la solitude et aux ombres du coeur. Elle sentit une larme chaude couler le long de sa joue pour terminer sa course sur ses genoux.

"Nous vivons avec les cicatrices du corps et du coeur. Tuer ou être tué. Peu importe, nous n'avons aucune valeur que ça soit pour l'Etat ou pour quiconque. Nous ne sommes que des instruments au service du plus offrant. Les assassins n'ont pas de morale. J'ai vu des hommes tuer leurs frères, leurs pères, décimer leurs villages par la pointe du Katana. Ne crois pas que nous soyons des personnes honorables. Nous sommes la mort au service de Dieu. Je suis la Main de Dieu. Le sabre qui s'abbat sur sa victime sans remords et sans concession. Le poids des êtres que j'ai tué ne m'ecrase pas, ce qui m'épuise c'est de ne pas connaitre les raisons de mes actes. Je n'ai aucun remord à detruire autrui, mais je me sens abjecte de ne pas savoir pourquoi je le fais. Nous ne connaissons ni la pitié, ni l'amour, ni la haine. Nous sommes des monstres sans coeur qui usont de notre force pour mener à bien les plans machiavéliques des autres. Nous sommes les Démons au service du Diable. Voila ce qu'est un Assassin, voila ce que je suis."

Elle se tourna alors vers lui, son regard émeuraude perçant la noirceur, le visage à demi eclairé par la faible lueur de la lanterne.
Elle ne méritait ni pitié, ni amour. Elle ne méritait aucun sentiment, qu'il soit positif ou négatif. Elle ne méritait que sa mort. Et elle se l'avouait intimement, elle attendait ce moment avec impatience. Mais pas avant la fin de cette guerre, pas avant de connaitre l'issue de cette bataille.
Elle voulait voir vers quoi son peuple allait se tourner, sur quoi sa nation allait déboucher et si cette guerre sans fin allait donner naissance au Chaos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kareki

avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31
Date d'inscription : 02/09/2007

Caractériques RPG
Clan: Chôshû
Grade: Soldat
Gains: 5 ryos

MessageSujet: Re: La chambre de Kareki   Lun 17 Nov - 20:01

Kareki attendait cette réponse, il savait que le pouvoir des assassins leurs masquait le coeur. Mais aujourd'hui le masque était tombé et ce n'est pas l'assassin qu'il vu mais la jeune femme qui regrettait ses actes.

"Je ne ressens pas non plus de remord à tuer car je connais les raisons de mes actes. Toi tu te ne t'arrèteras pas avant de l'avoir trouvé. Tu te dis démon mais mais tu ne sais même pas pourquoi tu le fais, tu ne tus pas en pensant à mal comme le font les démons. Je ne dis pas non plus que tu es un ange, cela signifirait que tu penses faire le bien en le faisant.
Tu as donc un coeur, aussi non pourquoi m'avoir épargné dans la forêt. Je ne crois pas que ce soit par dédain de ma personne. Tu voulais ouvrir ton coeur et peut être donner une réponse à tes questions.
Aujourd'hui dans la forêt tu n'étais plus un assassin, et je sais que quand tu auras trouvé la réponse à tes questions l'assassin en toi mourra, à ce moment là tu devras choisir entre te faire passer pour un assassin, devenir un guerrier qui se bat pour ce qu'il aura d'écouvert ou pleurer toute les larmes de ton corps.
En tout cas pour moi tu seras toujours la jeune fille pleurant au milieu des bois, quelques soient tes capacités ou tes actes.
"

Puis Kareki se leva et referma la porte. Il était fatigué, la journée avait été longue et il voulait y repenser avant de dormir. Il repensait toujours à ce qu'il avait vécu avant d'aller dormir. C'était sa façon de s'améliorer, il savait ainsi quelles étaient ses faiblesses et ses atouts. Ensuite il se tourna vers aoshi et il dit :

"Enfin nos deux futurs sont plein de question pouvant justifier notre passé, ça nous fait un autre point commun. Si ça ne te dérange pas j'aimerais me reposer. Je n'ai hélas que ce lit à te proposer, je dormirais sur le sol."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aoshi

avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 13/11/2008

Caractériques RPG
Clan: Neutre
Grade: Assassin
Gains: 3 ryos

MessageSujet: Re: La chambre de Kareki   Lun 17 Nov - 20:45

Elle l'écouta mais ne dis mot. Une fille ? Une femme ? C'était bien la première fois qu'on l'appelait ainsi, c'était étrange. Mais bon...

"Ce n'est pas nécéssaire, dors dans ton lit. Je dors toujours assis."

Et alla s'installer dos au mur, assise, son arme contre elle, la garde de son katana sur l'epaule, la pointe vers le sol. Elle dormait toujours ainsi. Dormir était d'ailleurs un bien grand mot, elle était toujours sur ses gardes. D'ailleurs elle ne put trouver le sommeil avant d'être sûre que Kareki avait déjà rejoint les bras de Morphée. Et elle se laissa aller pour quelques heures de repos.

Elle fut la première debout, se leva sans bruit, et sortit avec tout autant de discrétion. Elle s'assit sur le fronton, en observant le lever de Soleil et en écoutant les premiers oiseaux chanter.
Elle entendit des bruits de pas se rapprocher. Elle savait d'ores et déjà de qui il s'agissait.

"Tu es bien matinal."


"On ne perd pas les bonnes habitudes."

Yoshida posa un plateau avec deux tasses de thé et une petite théière entre eux deux. C'était le moment des retrouvailles. Ils s'étaient quittés deux voire trois ans plus tôt et à cette époque, Yoshida était encore un Assassin lui aussi. Ils avaient servis tous deux pour le même homme. Ils avaient été proches, du moins aussi proches que deux assassins peuvent l'être. Mais il était vrai qu'ils avaient eu de bons moments ensemble, de franches rigolades et de beaux combats. Il semblait s'être adouci, ça lui paru surprenant. Certes, il avait toujours été d'un naturel calme, mais il paraissait avoir perdu la lueur sanguinaire qui persistaient dans ses yeux à l'epoque.

"Alors comme ça tu t'es reconverti ? Tu es nourrice maintenant ?"

"Ah que les années passent ou non, tu ne changeras pas...J'aurai aimé que tu dilapides un peu de ton cynisme."

"Je te l'ai dis, on ne perd pas les bonnes habitudes. Tu t'es ramolli, c'est l'age ?"

"Je ne suis pas aussi vieux que tu le prétends !"


A la vue de Yoshida véxé, elle ne put s'empecher de rire, un rire sincère.
Finalement, il n'y avait rien à regretter, peut-être qu'elle avait des liens après tout, même invisibles, avec certains de ses compatriotes. Certes, elle doutait fort que ses anciens compagnons d'armes soient aussi conciliant avec elle que Yoshida, mais tout de même, cette idée lui fit chaud au coeur.

"Deux ans déjà..."

"Trois, en fait."

"J'ai perdu la notion de temps."

"Et c'est moi que tu traites de vieillard ?!"


"Hum...Je vois poindre des rides sur ton visage, bientôt tu seras flétri comme un pruneau séché et tu ne plairas plus aux femmes !"

"Je suppose que toi tu les attires toujours autant..."

"Pourtant je n'en recherche pas."

"Deja quand nous servions le même seigneur, chaque fille que nous croisions te fesait les yeux doux..."

"Je suis juste quelqu'un de galant, ce n'est pas parce que je les salue ou que je m'écarte sur leur passage qu'elles doivent me courir après !"

"Pourtant elles le font !"

"Tu es très, mais alors vraiment très mal placé pour parler...Qui est ce qui passait le plus clair de son temps avec ses maitresses au lieu de s'entrainer ?"

"Je n'en avais pas besoin."

"Moi non plus."

"De quoi ? Des femmes ?"

"De l'entrainement, idiot."

Et à ces mots, elle ajouta une petite tappe derrière la tête de Yoshida, ce qui eu pour effet de lui plonger le nez dans sa tasse de thé dans laquelle il s'apprêtait à boire.
On aurait cru voir deux gamins qui se chamaillaient. Et pourtant les jours passés tous deux avaient été rudes et noirs. Mais rien ne le laissait paraitre.
Elle se devait de l'admettre, ce fut la periode la plus heureuse de sa vie, celle où elle avait servi aux côtés d'autres assassins, d'autres hommes dans la même situation, qui se comprenaient et n'avaient pas à se craindre. Ils savaient que si ils entamaient un duel, ils s'entretueraient. Il n'y aurait pas de survivant. Mais de toutes facons, ils n'en avaient pas l'utilité. A quoi bon detruire les seules personnes qui pouvaient vous comprendre.

"Tu as fais le bon choix."

"Je sais, le Choshu est à la hauteur de ce que j'espère pour notre futur."

"Tu sais que je n'ai jamais aimé le Shogun."

"Tu veux..."

"Garde ta propagande. Je suis ici pour observer. Je ne prendrai pas partie. Sauf si..."

"Sauf si ... ?"

"Sauf si j'avais tué trois soldats du Shinsengumi par inadvertance hier soir."

"Par inadvertance, dis-tu ?"

"Tu sais très bien ce que je veux dire."

"Ils n'ont jamais été très loyals malgrè le Bushido qui les régit."

"Ils ont laissé les notres mourir..."

"...Sur les champs de bataille..."

"...Si laches qu'ils avaient besoin..."

"...D'etre trois pour venir à bout d'un seul Assassin..."

Aoshi serra les dents. Elle revit le matin où elle découvrit deux de ses combattants d'armes morts dans leurs chambres, assassinés par des traitres.
Yoshida posa une main sur son épaule, il ne voulait pas la rassurer, juste la soutenir, l'aider à contenir cette rage.

"Tu vois que tu as des raisons de te battre."

"Toi non plus tu n'as pas perdu tes mauvaises habitudes à ce que je vois...Toujours entrain d'ecouter aux portes...J'aurai du te trancher la tête à travers le mur hier soir."

"Tu es trop petit pour ça."


"La technique ne se mesure pas à la taille."

"C'est un discours digne d'un puceau."

La jeune femme lui remit une claque derrière la tête et ils éclatèrent de rire à nouveau. Elle était heureuse au fond d'avoir à nouveau quelqu'un avec qui partager cette camaraderie.

"Je voulais te ..."

"Ce n'est rien, oublie. C'était normal."

Aoshi baissa alors la tête, elle aurait voulu le remercier, mais Yoshida avait toujours détesté les remerciements futiles. Elle sortit alors sa pipe, prête à l'allumer et à fumer.

"Rhaa les mauvaise habitudes..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kareki

avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31
Date d'inscription : 02/09/2007

Caractériques RPG
Clan: Chôshû
Grade: Soldat
Gains: 5 ryos

MessageSujet: Re: La chambre de Kareki   Lun 17 Nov - 21:23

Avant de s'endormir Kareki repensa à sa journée. Il se rappella de ses combats avec Aoshi. Il se rendait compte qu'il avait du chemin à accomplir mais qu'il avait fait des progrès énormes hier soir.
Le fait d'avoir parlé à Aoshi lui avait ouvert les yeux. Il se rendait compte que sa vengeance était futile, que seuls les réponses à ses questions devaient le motiver.
Il se tourna vers son sabre noir. Il lui semblait alors insignifiant. La noirceur de son coeur avait disparu. Il devait retourner voir son maitre pour récupérer son sabre blanc. De plus la sabre de bois était la fin de l'enseignement de base, il voulait maintenant avoir le sabre de combat, celui qui signifiait qu'il avait accompli tout les tests. Il ne connaissait personne à part son maitre ayant pu passer les ultimes tests. Personnes ne connaissaient ce qu'ils étaient. Les rares personnes ayant essayé n'étaient jamais revenu. On disait que la honte de l'échec les faisait fuire mais jamais on n'entendait parler d'eux. Le maitre disait que les orages les avaient vaincu et les avaient emmenés.

Il devait en parler à Yoshida le lendemain. Il passa la meilleurs nuit de toute sa vie. La présence de Aoshi le rassurait, il savait qu'il n'avait pas à craindre la mort ce soir. C'était ça cette noirceure dans son coeur, la peur de mourir sans avoir ses réponses.

Kareki fut réveillé par les rires venant de devant sa porte. Il se leva regarda vers le mur, Aoshi n'était plus là. Ça l'étonnait qu'elle soit partie sans rien, à moins que ce soit elle devant la porte. Il entendit les rires à nouveau et il reconnu sa voie. Il prit son sabre et sortit. Il vu Aoshi et Yoshida en train de prendre le thé. Il savait qu'ils se connaissaient mais ils avaient plus l'air de camarade de longue date qu'un simple employeur et commanditaire.
Il s'approcha, et les salua tout les deux. Puis il prit la parole et il s'adressa à Yoshida :

"J'ai fait une promesse à mon maitre il y a longtemps. Et je suis aujourd'hui en mesure de l'accomplir. Mais pour cela je dois retourner vers lui. Je sais que je ne suis là que depuis quelques jours mais cette promesse est très importante pour moi. Je promet de revenir dès que je le pourrais. si tout se passe bien je ne serais absent que une semaine."

quoi qu'il arrive Kareki partirait, il voulait seulement pouvoir revenir. Il ne faisait pas ça que pour lui mais aussi pour ses compagnons afin qu'ils aient un meilleurs guerrier à leurs côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aoshi

avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 13/11/2008

Caractériques RPG
Clan: Neutre
Grade: Assassin
Gains: 3 ryos

MessageSujet: Re: La chambre de Kareki   Lun 17 Nov - 22:50

Aoshi semblait être l'une des raisons à cette décision. Il se sentait donc prêt à affronter son maitre, soit.

"Je l'accompagne."

Elle n'attendit même pas la réponse de Yoshida. Elle savait qu'il serait d'accord. Et de toutes façons, il n'avait pas besoin de Kareki, ils avaient des effectifs suffisants pour pouvoir se debrouiller sans eux.

"Revenez vite, les hostilités vont bien commencer."

"Pour rien au monde je ne manquerai ça."

Cette remarque de Yoshida la fit sourire. Il savait comment la maintenir sur le pied de guerre et il connaissait l'excitation qu'elle éprouvait face au sang et aux combats. Elle serait présente pour voir ce qu'il allait advenir, il n'avait aucun souci à se faire.

Elle se leva donc sans un mot de plus et entreprit de sortir du QG. Elle marchait lentement. Elle savait que Kareki devrait récupérer ses affaires avant de la rejoindre. Elle traversa un grand jardin, certes joli, agreable à regarder. Elle vit un certain nombre de soldats entrain de petit dejeuner. Certains la reconnurent et palirent à sa vue. Qu'importe, elle n'était pas là pour ca.

Elle croisa quelques servantes qu'elle salua et qui lui repondirent d'un gloussement timide. Yoshida avait raison, elle plaisait aux femmes. Pas étonnant qu'elles préfèrent un homme androgyne à un gros mâle velu.
Elle ralluma sa pipe, prit une bouffée, puis sortit du QG et attendit Kareki devant l'enceinte du Choshu. C'était bien surveillé, il y avait de nombreux gardes devant la porte. Elle repéra aussi quelques shinobis dans les arbres et cachés sur les toits, très discrets. Il valait mieux de toutes facons, qu'ils ne se fassent pas voir, ç'aurait été suspect pour une patrouille de remarquer des gardes devant une maison, surtout s'ils avaient l'air de Ronins...
Elle attendait que Kareki se présente, elle ne connaissait pas la route, pas plus que le lieu dans lequel résidait son maitre, elle ne pouvait donc pas partir en avant...


Arrow Le nouvel Apprentissage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kareki

avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31
Date d'inscription : 02/09/2007

Caractériques RPG
Clan: Chôshû
Grade: Soldat
Gains: 5 ryos

MessageSujet: Re: La chambre de Kareki   Dim 26 Avr - 17:30

Arrow Le nouvel apprentissage

Les voilà revenus. Tout était calme dans le QG. Tous les soldats se reposaient pour se tenir prêt au combat. La tension était grande, la guerre approchait et chacun essayait de prendre le repos nécessaire à toute action. Kareki savait ce qui se trouvait dans chaque chambre.

Dans certaines des soldats expérimentés se préparant à un combat fatidique, dans d’autres un jeune soldat doutant de sa force et de sa volonté. Il avait déjà ressentit tout cela. Il savait à quel point ce silence en disait long.

Bientôt le jour se lèverait et tout commencerait à s’agiter de nouveau. La salle d’entrainement aller entendre le cri des guerriers, les jardins aller voir les fleurs s’ouvrir pour accueillir le jour. Les gardes prendraient leurs nouveaux postes. Les shinobi rentreraient et les guerriers sortiraient.
Mais il avait encore quelques temps pour prendre le repos auquel il aspirait.

Il entra dans sa chambre. D’un seul coup d’œil il regarda si rien n’avait bougé. Sa chambre était toujours aussi simple mais elle lui semblait bien luxueuse face aux cabanes où il avait vécu.
Il prit de l’eau avant de rentrer et il alla s’assoir sur son futon. Il prit des bandelettes et commença à penser ses plaies. Il enleva les bandes qu’il avait sur les mains. Les cicatrices étaient propres, de sa rencontre avec la foudre il restait deux marques, signe de sa victoire. C’était la marque des maitres de la foudre, celle qui leurs rappelaient le pouvoir qu’ils avaient en eux.
Au milieu de l’une d’elle se trouvait la plaie que le sabre d’Aoshi lui avait fait quand il avait empoigné son sabre, comme pour lui rappeler à lui-même pourquoi il avait acquis ce pouvoir.

Quand il eut nettoyé et refermé toute ses plaies il s’allongea. La lumière de la bougie faiblissait, il attendait qu’Aoshi vienne le rejoindre. Quand elle arriva elle vint directement s’allonger à ses côtés.

Il sentait sa chaleur contre son corps, il se sentait bien. Avant de s’endormir il voulait s’avoir ce qu’il en était :

« Est-ce que Yoshida a accepté de s’occuper du petit ? »

Il ne voulait pas que le petit s’engage sur le chemin de la guerre comme il l’avait fait. Il savait que cela le mènerait plus surement à la mort qu’à la gloire. Il voulait aussi savoir ce qu’il en était de lui.

« Est-ce que Yoshida t’a parlé de moi ? Sais-tu ce que sera ma prochaine mission ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La chambre de Kareki   

Revenir en haut Aller en bas
 
La chambre de Kareki
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un pot de Chambre, signé Jean Erich René
» Chambre des députés / Fin de Mandat / « Qu’ils partent », soutiennent la société
» Démission de la vice présidente de la Chambre de commerce
» La Chambre Basse veut voler au secours de la population et renvoyer Alexis
» A PLATEFORME ALTERNATIVE SEMBLE EMPÊCHER L'INITE DE CONTROLER LA CHAMBRE BASSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chant Funèbre des Loups de Mibu :: Quartier Général du Chôshû :: Chambre des membres-
Sauter vers: